Histoire du club

Historique du club

 

Un peu de son histoire...

 

Le C.S.B. Football fut créé officiellement le 18 novembre 1930 à la préfecture sous le N°71. Mais selon les dires de l'un des précurseurs du C.S.B., "Oui mais on jouait au foot bien avant ça". Si l'on regarde une des photos tirée du livre de M. Jean-Pierre Blavette (Si le Foot Beaumontais m'était conté (ndlr)), on peut y voir l'équipe beaumontaise de 1919. Dans ces temps fort lointains pour les plus jeunes d'entre nous, les premiers joueurs du C.S.B. évoluaient sur le terrain Broquet, où sont les HLM (à partir de 1928), et au Hom sur le terrain depuis 1933. A cette époque des premières rencontres chez les clubs voisins, on se déplaçait comme on pouvait, que ce soit en vélo ou en camion-benne. Tous ces voyages ne furent pas toujours roses, mais tous se passèrent la joie au coeur. De toute façon, ils n'avaient pas trop le choix pour s'adonner à leur loisirs préféré. Et tout ça dura un long moment car les premiers déplacements en autocar ne se feront qu'au début des années 50. Dans les années 40, malgré la guerre et ses tourments, la vie au C.S.B continue.  Dans une édition du journal de Beaumont-Le-Roger datée du 26 Janvier 1941, on peut y lire une convocation pour deux équipes. Quant au stade, il fut équipé en 1947 d'un vestiaire en bois peint en rouge et blanc, les couleurs du club. Mais on se lave encore dans les baquets achetés par le club ou bien carrément dans le ruisseau qui le longe, et ça jusqu'en1963 qui verra la construction des vestiaires qui serviront jusqu'à la construction recente de vestiaires modernes.

 

 

 

A partir de 1946, c'est le début d'une nouvelle ère ! Malgré le départ de deux excellents joueurs : le gardien J. Ménard et l'attaquant Fombertasse, la génération présente avec des joueurs tels que A. Portois; R. Detail; B. Lemoigne; les frères G. et M. Ville; L. Hoogtherp; J. Paradis; A. Dehais; A Maison; H. Carpentier; G. Bellocq; M. Maison; P. Galichet; K.Bazire; J. Harel; J. Lorin; M. Fizel; M. Lemoine; U. Levitre; J. Carré et L. Lefrançois procurèrent de grands émois aux supporters dans des matchs fabuleux et historiques contre des équipes telles que Bernay, Honfleur, Pont-Audemer, Pont l'Évêque, Boisthorel, Conches, etc... Les plus anciens en parlent encore, c'est pour dire !  Par la suite, ce fut une passation de main entre "anciens" et les jeunes pour maintenir l'équipe première à son niveau, malgré les évènements tels que la guerre d'Algérie qui obligea bon nombre de joueurs à partir sous les drapeaux.

 

En 1960-1961, l'équipe fanion voit son rêve se concrétiser par une montée en 1ère Division après de nombreuses années passées en Promotion de 1ère Division. On voit aussi la création de la première équipe cadette qui sera vainqueur du tournoi de Thiberville. La situation du club de foot en 1968 n'est pas brillante. L’équipe fanion évolue depuis trois ans en Promotion de 1ère Division, l'effectif des joueurs est trop faible, d'où l'instabilité des équipes et les mauvais résultats. Durant l'intersaison, et après le retour de Marcel Maison, il est mis en place par ce même homme un cycle de motivation pour les joueurs, en les conviant à des journées de travail au stade afin de le rénover. Puis, il animera les séances d'entraînement qui porteront très vite leurs fruits.

 

Pour la saison 1968-1969, c’est l’an I de l’ère Maison. Bien sûr, il est élu à l’unanimité président de la section football. Il démarre son retour au club en formant son premier Bureau « d’anciens » tels que Barbarat, Bazire, Blavette, Dominguès, Levacher, Syoem et les nouveaux J. Chavigny et J. Lesueur. Il dispose aussi d’une soixantaine de licenciés, dont dix-huit jeunes répartis en trois équipes seniors et une minime. "L’impact Maison" est tel que l’on observe la création d’une équipe 1C en séniors. Au terme de cette première saison de l’ère Maison, les résultats de toutes les équipes furent satisfaisants avec la première qui finit troisième, la réserve termina cinquième, la 1C sixième. Les minimes manqueront le titre de deux buts.

 

En cette saison 1969-1970, les espoirs de monter en première division sont grands, car on voit l’arrivée de nombreux renforts tels que J. Lepape et G. Amilien pour ne citer qu’eux. Ces espoirs se concrétisèrent après une fin de saison inoubliable où le stade du Hom reçut trois cents spectateurs pour assister à la victoire de Beaumont face à Rugles 3-0, ce qui permit d’accéder à la division supérieure malgré une défaite 3-1 le dimanche précédent face à cette même équipe.

 

La saison 1970-1971 vit la création d’un second terrain grâce à la gentillesse de Madame la Duchesse de Magenta. Par la même occasion, Monsieur Fort agrémenta ce stade d’une nouvelle tribune, afin de marquer son proche retrait du conseil municipal. Pour les remercier, le stade du Hom fût baptisé Stade municipal de Magenta le 30 août 1970. D’un point de vue sportif, le retour de l’équipe fanion en première division fut positif, malgré sa 7ème place à la fin de la saison. La grande satisfaction vint de l’équipe B qui remporta son championnat pour accéder à la 2ème division. La 1C termina cinquième, les minimes deuxièmes et les cadets quatrièmes. Pour cette saison, il fut formé une équipe junior qui termina sixième et aussi une équipe pupille. A cette époque, on pouvait déjà compter 7 équipes engagées, ce qui constitua une première dans l’histoire du C.S.B., pour un éffectif de 85 licenciés.

 

Pour la saison 1971-1972, on constata un afflux de joueurs car en début de saison, on comptait 110 licenciés. Malgré ce grand nombre de joueurs, les

résultats d’ensemble seront moyens et seules les équipes première (4ème), junior (5ème) et minime auront un bilan positif.

 

 saison 1972-1973 fut pénible car, on ne sait pourquoi, on remarque une énorme perte de joueurs ce qui affectera les équipes avec pour la première, une avant dernière place, la B finira 9ème et la C fait un peu mieux en finissant 7ème . Mais la grande satisfaction viendra des équipes jeunes qui termineront toutes trois à la seconde place.

 

 saison 1973-1974 fut marquée par la création de l'école de foot sous l'impulsion de A. Lamarche. Au niveau des championnats, la 1A finit 4ème, la 1B termine 11ème et la 1C termine dernière de son groupe.

 

 saison 1974-1975 fut une saison médiocre et ce seront les juniors qui tireront le mieux leur épingle du jeu en terminant 2ème en championnat et en participant à la demi-finale de la Coupe de la Résistance. La 1ère terminera 6ème à quatorze points du premier. La 1B redescend en 3ème Division et la 1C ne fut pas plus brillante. La saison 1975-1976 fut une année exceptionnelle pour la 1ère. Elle fut championne de son groupe en 1ère Division, mais elle perd ses deux matchs de barrage contre La Madeleine (0-2 et 0-2) pour la montée en PH. Elle accédera au 6ème tour de la Coupe de Normandie mais échouera (1-2) de justesse sur son terrain face à Bernay (DHR), tout en ayant battu dans les tours précédents Le Neubourg, Nassandres, la JA d'Evreux et Elbeuf (DHR). Elle ira aussi en demi finale de la Coupe de la Dépêche mais elle sera battue par la JA d'Evreux (1 à 4).

 

 

 saison 1975 1976

 

Exceptionnelle pour la 1ère

 

Qu’on en juge par son palmarès : Championne de son groupe en 1ère division devant Boisthorel, à quatre points,seize matchs gagnés, quatre nuls et deux perdus, soixante-neuf buts marqués, ving et un encaissé, mais elle perd ses deux matchs contre la Madeleine (0-2 et 0-2) pour la montée en PH, devant un public record : environ mille spectateurs dont huit cent cinquante payants au match retour à Beaumont.

Au cinquième tour de la Coupe de Normandie, elle bat Elbeuf (DHR), deux à zéro, à Beaumont, après avoir éliminé le Neubourg, Nassandres et la JA d’EVREUX..Au sixième tour, elle échoue de justesse sur son terrain face à Bernay(DHR), par deux buts à un, devant six cents personnes, dont quatre cent cinquante payantes.Demi-finaliste de la coupe de La Dépêche, elle est battue car fatiguée par la JA Evreux, un à quatre. Elle remporte le tournoi de Pentecôte à Beaumont face à Darnétal (DHR) et les Hôteliers de Paris. Sur trentre-huit matchs au total joués : vingt-sept gagnés, cinq nuls, six perdus, cent vingt buts marqués ( trois en moyenne par match) et  quarante-huit encaissés. Quelle éfficacité !!!!!! Saison execptionnelle est le mot ! Et les joueurs qui y ont contribué devront toujours s’en souvenir car une telle réussite sur une seule saison est peu courante. Seul un esprit de corps remarquable leur a permis ces performances.

 

Saison 1976 1977

 

La 1B championne à nouveau

 

Le CSB vient de tourner sans doute une des plus belles pages de son existence. Que pouvait-on espérer de mieux après une saison si pleine de satisfactions.Nombreux étaient ceux qui pensaient que l’équipe fanion pouvait récidiver en championnat, afin d’accéder en division supérieur. N’est-ce-pas le but de tout joueur et de tout club ? Nous passons à cent vingt-cinq licenciés, car un nouvel afflux de jeunes vient grossir les rangs. Cette fois, ce sont dix équipes qui sont engagées, dont cinq en catégories poussins, pupilles et minimes, et ça repart avec les juniors et, bien sur, les cadets et les trois équipes séniors.

La 1B s’en trouvera renforcée et réussira brillament sa saison en remportant son championnat, ayant réussi une série de quatorze matchs sans défaite, ce qui l’installe à nouveau en deuxième division. Daniel Lievin, son manager et seul nouveau dirigeant, en porte un grand mérite, car il su, par son dynamisme, donner à cette équipe la foi lui permettant de franchir un nouvel échelon. Les champions de l’année : Vandercruche, son exellent gardien, A. Monnier, A. Polet, J.C ; Prévost (capitaine), G. Portois, H. Parise, S. Degorre (qui se fractura la cheville), A.Lamarche, C. Bazire, A. Lefèvre, L.Chavigny, mais aussi Leseiguillon, M.Dubos, J.L . Derain et R.Monnier, souvent appelés en première.

 

Saison 1977 1978

 

LA 1C championne à son tour

 

Progressivement les dirigeants ont enfin augmenté en nombre, mais les désistements parmi certains au fil de la saison causeront encore des problèmes à Alain Lamarche pour encadrer les jeunes. En effet les records d’éffectifs et d’équipes engagées sont à nouveau battus. On licencie cent cinquante joueurs, dont soixante-dix des poussins aux minimes et on engage douze équipes. Du jamais vu au CSB !!!! Toutes les catégories sont représentées, dont deux minimes, deux pupilles et trois poussins. Cette saison s’achèvera par des résultats fort élogieux, concrétisés par trois titres de champion : les Poussins 1 invaincus en championnat, les minimes 1 qui accèdent en 1ère série, et enfin les séniors 1C, auteurs d’une brillante saison et très bien emmenés par leurs vétérans, qui n’auront connu qu’une seule défaite et monteront en troisième division.Leurs principaux artisans furent Michardière (goal), P. Lefèvre ? Woussen, J.C. Prévost, Moussa, Lamarche (capitaine), Correia, C.Bazire, Halotel, Pilaire et J.L. Delain en fin de saison.

 

 

Saison 1978 1979

 

Enfin la coupe de la dépêche

 

Si cette saison se termina dans la joie avec la victoire dans cette coupe, elle commença bien tristement et s’accomplit avec bien des difficultés. La défection des joueurs pour multiples raisons, mais surtout caractérielles, amena un esprit malsain, des résultats médiocres et des conséquences pour la saison à venir. Heureusement les jeunes, dont A. Lamarche, apporteront beaucoup de satisfaction : les cadets et les poussins gagneront leur championnat, les minimes quatrièmes et les pupilles deuxièmes. Sur le plan individuel, Romuald Lebertre sera sélectionné gardien but minimes de Normandie et jouera la coupe nationale à  Thonon-les Bains. A noter qu’avec ses cadets Jacques Anquetil, leur dirigeant, prit une part prépondérante dans leur succès, vu toutes les difficultés qu’il eut à surmonter. Heureusement, le clou de cette saison fut la victoire souvent recherchée chaque année des Beaumontais en coupe de la Dépêche. Après avoir éliminé Saint-Rémy, Louviers et Lyre cinq à trois après un match mémorable, elle affrontait la Bonneville en finale. Au match aller les Beaumontais l’emportent quatre à deux sur le terrain de fort belle manière, après avoir été menée deux à zéro, devant deux cent douze spectateurs payants. Au match retour, devant deux cent cinquante personnes, le gardien Gérard Bigot en état de grâce écoeure, par son brio, les Bonnevillais pourtant dominateurs. Peut-être son plus grand match, mais il y en aura d’autres, le journal Paris-Normandie ayant titré  Imbattable, Bigot donne la coupe à Beaumont, qui finalement l’emportera un à zéro, but marqué par Chavigny à la quatre-vingtième minute.

 

Saison 1979 1980

 

L’exode et la bonne surprise

 

Un malaise évident s’était installé suite aux très mauvais résultats des séniors de l’année passée, puisque onze joueurs ne ressignent pas et quinze partent ailleurs, dont six à Grosley, trois à Nassandres, deux à Brionne, deux à etc…, et seulement six nouveaux, dont Michel Letellier qui reprend du service et F. Metton de retour du CSB. C’est un véritable exode qui fera dire au président Maison en assemblée générale : Si certaines démissions sont logiques, bien d’autres sont incompréhensibles. Ce coup de poignard collectif donné à l’esprit du club que je défends depuis quelques années me fait beaucoup douter de l’homme…. Cette fuite est pour moi comme un refus d’assumer les responsabilités découlant des dernières place en compétitions….Finalement, après bien des problèmes, la saison apportera le bilan suivant : En 1ère  division, la première de Marcel Maison terminera troisième à trois points de Lyre et à cinq points de Boisthorel, champion ; treize victoires, cinq nuls et six défaites à son actif, résultat somme toute satisfaisant et encourageant. De plus elle remportera son tournoi annuel de la Pentecôte. La 1B dirigée par Moussa descendra à nouveau en troisième division avec une seule victoire en championnat, un nul et vingt défaites, et des sévères.

La 1C de José Dominguès toujours fidèle terminera péniblement huitième sur neuf en quatrième division. Triste bilan de ces deux équipes pour la deuxième année consécutive. Les juniors de Michel Sébire, leur précieux dirigeant, feront un très bon parcours malgré l’incorporation en première de F. Bréant et de S. Sébire. Quand aux plus jeunes, Alain Lamarche poursuivait son œuvre, enfin aidé en cela par une dizaine d’assidus dirigeants et accompagnateurs. Enfin la bonne surprise de l’année était  la montée en PH de la première grâce à sa brillante troisième place, suite à la refonte des groupes à l’issue de la dissociation de la Haute et de la Basse-Normandie. Voilà une troisième place qui valait de l’or… sans le savoir.

 

Saison 1980 1981

 

K. Lagniel arrive et le CSB monte en DHR

 

Belle saison, cette année-là encore, pour la première.Pour commencer, le président Maison engage un entraîneur diplômé : Kléber Lagniel, trente-quatre ans, venant de Mont-Saint-Agnan, devient ainsi le premier entraîneur recruté par le CSB. Il complétera l’œuvre en cours de Marcel Maison depuis douze ans, en faisant remporter à l’équipe beaumontaise, avec un  éffectif à peine modifié pour sa première prestation à ce niveau, son championnat en PH, et ce sera l’accession en division d’honneur régionale . Par contre il échoueront dans leur troisième finale consécutive en coupe de la Dépêche, à nouveau face à la Bonneville qui prendra sa revanche par trois à trois et trois à un. L’équipe B éffectua un bon redressement en terminant quatrième en troisième division après deux saisons catastrophiques. La 1C terminera sixième et les jeunes feront encore parler d’eux en s’octroyant des places d’honneur : cadets troisièmes,minimes troisièmes, pupilles premiers et poussins troisièmes.

 

Chez les séniors, la machine était relancée et on commençait à piaffer d’impatience à savoir quel serait le comportement de l’équipe fanion pour la première prestation dans l’histoire du CSB en DHR .

 

 

Saison 1981 1982

 

Très bon départ en DHR

 

Pour sa première année en DHR, l’équipe première termina fort honorablement (quatrième ex aequo) de son groupe qui comprenait les clubs d’Elbeuf,Césaire-Levillain,les Sapins,Darnétal,Romilly,Gasny,Gournay,Saint-Lubin,Sotteville,Pont-Audemer et Saint-Léger : de très solides équipes,bien plus aguerries. L’honneur de cette belle prestation revînt aux mêmes joueurs que l’année précédente,renforcée de Boulard et surtout de Scipion (qui nous venaient de Bernay) et Alain Vannier (trente-deux ans),un titulaire attaquant de l’Evreux AC, où il fit principalement sa carrière de footballeur.Ces deux dernières recrues apportèrent beaucoup au rendement de l’équipe,ce qui permit à Metton et à J.Maison de figurer parmi les meilleurs buteurs de DHR ;

Il faut associer,bien sur,à ce très bon comportement de l’équipe,le travail très ponctuel de l’entraîneur Kléber Lagniel,aux entraînements auxquels les plus irréductibles finirent par adhérer,et à ses entrées judicieuses dans l’équipe en cours de jeu,en y apportant toute son expérience,et à sa pondération dans les fins de matchs pour péserver un résultat acquis..

 

Le nombreux public en était conscient et se régalait chaque dimanche,et déjà un bon noyau de supporters suivait l’équipe dans ses déplacements. Du jamais vu !!!!!

Les autres équipe séniors terminent leur championnat à la quatrième place pour la 1B en troisième division et à la septième place pour la 1C en quatrième division.

 

Chez les jeunes toujours drivés par et formés par Alain Lamarche,la plus grande satisfaction nous viendra de Sylvain Kosthow qui participa,au Parc des Princes,à la finale du jeune footballeur.On retrouvera ce jeune joueur très prometteur en équipe première quelques années plus tard.

Malheureusement,une ombre viendra noircir cette bonne saison : le décès,le 2 mars 1982,de Jean Chavigny,ancien dirigeant,mais retiré depuis peu et âgé de cinquant-deux ans.Il nous  a quittés brutalement,ce fut un choc.Jean était un homme travailleur,dévoué,discret,ordonné et qui possédait beaucoup de qualités utilisées avec la plus grande gentillesse.Il restera un de ceux qui auront beaucoup donné au CSB.

Voilà les faits marquants,plus ou moins heureux,de cette saison,et déjà on attendait avec impatience la continuité de la belle aventure en DHR,et déjà des noms circulaient pour venir encore renforcer l’équipe fanion pour le plaisir de tous,dirigeants et supporters.

 

 

Saison 1982 1983

 

Beaumont troisième en DHR

 

BEAUMONT faisait encore mieux que l’an dernier(quatrième) à huit points du champion,la 1C du FC Rouen,mais un un point seulement du second,Saint-Lubin,avec neuf matchs gagnés,sept nuls et six de perdus.

 

Côté ambiance,chaque dimanche,ce sont entre quatre-vingt-dix et cent cinquante spectateurs payants qui viennent encourager les diables rouges,mais quelques uns d’entre eux avec trop de ferveur qui attirera les foudres du corps arbitral ! Et même en déplacement,un noyau d’une vingtaine de supporters suit assidûment l’équipe.

 

Le clou de la saison sera la rencontre au stade Magenta du troisième tour de la Coupe de France.Beaumont recevait la 1ère  du FC Dieppe qui évoluait en quatrième division,soit deux divisions au-dessus,devant près de quatre cents spectateurs,dont trois cent six entrées payantes.Si Dieppe,bien sûr plus technique,s’imposa avec une certaine aisance sur un score sévère de quatre à un,il ne faut pas croire que Beaumont resta passif.L’enthousiasme des joueurs ne baissa jamais,ils se donnèrent à fond sur un rytme effréné.

 

Au bureau,J.P Blavette revient après deux ans d’interruption.Il se voit confier par son président la trésorerie de la section foot,afin d’alléger ses innombrables tâches.Aux entrées du stade,l’omniprésente,depuis 1973,Madame Baraguay s’adjiont sa fille,Françoise Prévost,trésorière adjointe,car le contrôle de l’accès au stade devient souvent ingrat.En plus,de Madame Baraguay entretien avec soin irréprochable tous les maillots des équipes.Ces deux tâches,et la buvette jusqu’en 1990,elles les accompliront pendant vingt-sept années.

Chapeau,Madame Baraguay !!!!!!!Il fallait le faire et le club ne peut que vous remercier.Ca aussi,du jamais vu…… aussi longtemps.

 

Toujours responsable des jeunes,Alain Lamarche est désormais secondé par une quizaine de prères d’enfants pour accompagner des jeunes.Malheureusement,pour la formation des plus petit ila perdu Jojo Villien qui a quité la région.Rien n’est trop pour gérer les cent trente-deux licenciés,dont seleument trente-duex séniors.

Et la saison se termina par le traditionnel tournoi de la Pentecôte qui vit une nouvelle fois le CSB remporter le Challenge du Longchamp offert par Jack Bertelin,dirigeant du club chargé de l’intendance.Encore une belle réussite sportive et financière qui avait réuni les clubs de Nanterre,Darnétal et Bernay,et deux cent trente spectateurs payant sur les deux jours.

 

 

Saison 1983 1984

 

La 1B remonte en deuxième division

 

Pour cette saison,les dirigeants avait émis le vœu de faire remonter la 1B en deuxième division,une équipe de base avait été constituée et on voulait s’y tenir toute l’année,car dès le débutdu championnat,elle confirma tous les espoirs mis en elle.Et ce fut chose faite,même si elle remporta le titre avec deux points d’avance sur Chennebrun.Mais cela entraîna quelques tiraillements au détriment de l’équipe 1ère ,car l’entraîneur Lagniel ne put disposer pleinement de quelques éléments de l’équipe 1B pour palier les absences inévitables des titulaires de la 1ère ;mais il joua le jeu,àcontre-cœur peut-être,allant jusqu’à incorporer des gars de la 1C qu’il parvint à motiver pour remplir le rôle qu’il leur assignait.Il prêta  même main forte à la 1B en participant à quelques matchs difficiles.

 

La 1C,à nouveau reconstituée,termina septième également de son championnat.Les cadets,très bien drivés par Alain Toigo,remportent les deux phases de leur championnat et,sur le plan individuel,le travail d’Alain Lamarche porte ses fruits puisqu’on trouve en sélection de l’Eure les cadets Loic Anquetil et Patrice Blard,le pupille Mathieu Landais,et,en selection de Normandie,le minime Xavier Spruyte.Mais,dans les années qui suivront,ces jeunes,sauf Blard,partiront s’expérimenter dans des clubs plus huppés.Enfin,dans le bureau composé de vingt-neuf membres,y compris les accompagnateurs,Rémy Can,ancien président du club de Quittebeuf et chef d’agence d’assurance à Beaumont,fait sont entrée au poste de secrétaire.De par son excellent travail,il sera lui aussi d’une aide précieuse aide au  président Maison,sans compter sa jovialité qui apportera une certaine ambiance dans le club.Malheuresement,àl’issu de cette saison on déplorera deux démissions d’importance qui laisseront des regrets pour la saison à venir.D’abord celle de l’entrâineur Lagniel qui,après quatre années au club,part à Mont-Saint-Aignan,après avoir apporté beaucoup au CSB,puis celle de Gérard Bigot,le super goal de l’équipe 1ère depuis son arrivée en 1974,dont il fut l’un des plus grands artisans des succès beaumontais,de par sa pésence se ses prouesses.Il avait trente-cinq ans et avait décidé d’arrêter,mais il avait encore le brio pour poursuive sa carrière.Pas besois de vous dire que ces deux départs furent très regrettés des dirigeants et des supporters.Mais ainsi va la vie sportive avec ses joies et ses amertumes qui font prendre leurs décisions aux acteurs.

 

 

Saison 1984 1985

 

La 1ère descend,la 1C monte

 

Le 7 décembre 1984,c’est la consternation !!!!! Le destin et la maladie nous ont enlevé Michel Sébire,emporté en à peine trois mois.Quelques jours avant,il avait encore assisté à un match de préparation pour lutter courageusement contre le mal,pensant sans doute que le foot qui fut toute sa vie pouvait le sauver.Le sort en décida autrement,injustement,pour cet homme seulement âgé de quarante-huit ans,de grande moralité sportive,bon joueur,bon père,bon ami,connu et aimé de tous,qui avait tout donné au football.Il laissait un grand vide parmi tous et,cinq jours après les funérailles,on pleura encore à Gournay,lorsque son fils Stéphane,après avoir marquer de la tête un but d’anthologie,dit : « C’est pour mon père ».

 

La saison avait repris malgré tout et,pour remplacer l’entraîneur Lagniel,on croyait avoir trouvé l’oiseau rarre après maintes recherches en la personne de Hocine Lasfar de l’ALM Evreux.Mais il nous induit en erreur et doit partir de la région,nommé professionnellement vers Dieppe,non sans avoir superbement préparé les gars durant un mois,moyennement finanaces,bien entendu.Puis on trouve P.Heutte de Monfort,gentil garçon,trop peut-être,qui ne saura pas faire passer le courant avec les joueurs au caractère affirmé.On s’en séparera le 31 décembre,mais il nous servira de prête-nom pour toute la saison.Le président Maison se tourne alors vers J.P.Monnier,vingt-quatre ans,l’un des piliers de l’équipe et responsable des pupilles,mais qui,s’étant claqué,n’a pas pu participer au stage d’entraîneur premier degré à Houlgate.Comme entraîneur,adopté par les joueurs,il fit preuve d’une bonne volonté jamais démentie,travailla beaucoup,mais suscita des réactions d’incompréhension à ses efforts.Et quand tout va mal,tout se ligue et tout arrive.Alors que l’on se croyait sauvé à la dixième place, « le hasard »,par un arbitrage « très défavorable » lors du dernier match contre Gisors,nous prive des points nécessaires au maintien et ce sera la descente à nouveau  en PH.

 

Si la 1B ne termina que dixième en deuxième division,on se réconforta avec le titre de champion de quatrième division de la 1C.Les cadets perdent leur place en première série par pertes de joueurs d’une année à l’autre,mais les minimes,eux,s’y maintiennent.

 

Et pour clore le tout,il y eut la non moins importante démission d’Alain Lamarche pour un différent avec le club.Il était le responsable et le formateur des jeunes dont la compétence n’était plus à démontrer.Il était au club depuis douze ans et avait crée l’école de football dès son arrivée en 73-74 avec le succès et les bons résultats reconnus.Témoin,dans les années 1986,la deuxième victoire consécutive en finale nationale du jeu Adidas-Coca-Cola de son poulain Mathieu Landais,treize ans,et la sélection en minimes de l’Eure de Xavier Beaucousin,goal,et Eric Perrin,fruits sa formation.

Il sera remplacé,dès 85-86,par Alain Toigo et C.Tihy pour les entraînements et la formation,et par Jacques Lalonde et Yvon Legourd pour la gestion des jeunes.

 

 

Saison 1985 1986 

 

C.Tihy nouvel entraîneur

 

Le retour en PH et le départ surprenant de quelques titulaires de l’équipe 1ère  laissaient planer un certain doute.Heureusement le président Maison parvenait à engager un nouvel entraîneur dont c’était le premiers parcours,mais il allait vite ramener le moral au beau fixe.C’était Christian Tihy,ving-sept ans,joueur au CA Lisieux de troisième division nationale,et très connu dans la région puisque lui et ses frères firent les belles annéès au FC Monfort.Avec l’aide du maire,Serge Desson,il deviendra,le 1er janvier 1986,employé municipale avec,pour mission principale,l’éducation sportive des jeunesBeaumontais,pas seulement au profit du football,mais aussi des autres activités du CSB.

A l’assemblée générale de 1986,Macel Maison dira de lui : «  C’est le Monsieur foot dont le club avait le plus avait le plus urgent besoin.Il est  foot,très foot,on avait besoin de ce gars-là.Il sait créer un esprit,il a le sens de la concertation,de la lucidité,sait expliquer ce qu’il attend des joueurs ».

De fait,pour sa première année,il apporta très vite ce que l'on attendait de lui en tant qu'entraineur,mais aussi en tant que joueur,puisque,comme avant-centre,il deviendra le buteur numéro 1 de l'équipe,dans laquelle apparurent Sylvain Kosthowa et Françis Jamaux,formés au club,et Jean-Luc Ramé venat d'Harcourt,entourés de Cochet (goal),Polet,Baraguay,Sébire,Metton,C.Monnier,A.Vannier et Jacky Maison,trente-cinq ans,toujours omniprésent ailier-gauche.Une pourtant belle équipe qui terminera seuleemnt sixième de son championnat à huit points du premier,Cléon,avec dix matchs gagnés,dix perdus et deux nuls.De retour en PH à cause d'une modification des réglements (deux descentes),Beaumont mettra treize ans pour remonter en DHR,en 98-99,pourtant avec de biens belles places d'honneur,car il y avait toujours au moins un club au-dessus du lot.

La 1B,affaiblie par de nombreux blessés en première partie de championnat,retrouva assez de ressources pour se tirer d'un mauvais pas,mais termina onzième,tout comme la 1C de retour en troisième division.La 1B,toujours drivée par le sympathique et estimé Moussa,avait la formation principale suivante: Genièvre (goal),Cattelin,D.Toigo,L.Hardy,J.P Hardy,Blard,Delestre,Pierre-Paul,Chauvel,Portois et Correia.

Chez les jeunes,ça marche grace à l'action entreprise par JacquesLalonde qui a pris en main les équipes de jeunes,assisté de Y.Legourd et d'A.Taigo.Doué pour le sens de l'organisation et de la gestion,il aura des initiatives"payantes"

 

 

Saison 1986 1987 

 Construction du club-house

De cent vingt licenciés l'an dernier,l'effectif des joueurs passe à cent trente et une équipe junior est à nouveau contituée.Ce qui n'empechera pas le forfait général de la 1C en mars 87 pour cause de nombreuses blessures mais surtout de défection.

Dès septembre 86,la ville réalise les fondations et la mise en plce des éléments de base (électicité,eau) du clu-house,car le club,malgré ses économies,ne pourra couvrir l'ensemble de la dépense.Néanmoins il apportera dans un premier temps 35000F qu'il à en réserve,pour l'achat des matériaux,et le dévouement et les compétences de ses membres pour l'édification du batiment et son aménagement,sous l'impulsion de son maitre d'oeuvre,Jacques Lalonde,et de Gilles Portois,l'architecte du club qui à réalisé (bénévolement) les plans du local.Le club ira encore 23000F de ses derniers,l'année suivante,pour les finitions de ce superbe et utile "club-house" qui,encore inachevé,accueillera dans ses murs,en juin 87,la première assemblée générale de la section.

Grace au travail et à sa volonté de réussir,Christian Tihy amène,après un superbe parcours,l'équipe 1ère à la deuxième place du championnat,à six points de l'US Louviers,avec huit matchs gagnés,trois perdus et onze nuls.Elle s'était vue renforcée de trois éléments d'importance avec le retour de Dick et l'arrivée d'Eric Touzé du Neubourg,mais aussi le retour de Bruno Bidan formé au club et qui était allé s'aguérrir en junior de ligue à Bernay.

Dans cette équipe régnait une très bonne ambiance crée surtout par son gardien,Michel Cochet,qui sera d'ailleurs "élu" l'homme de l'année.Cette distinction symbolique était revenue l'année précédente à Nil Cattelin,un gars comme ça !Excellent sociétaire,il répondait toujours à toutes les convocations sans problème,en 1B,en 1ère ,à toutes les places et meme gardien de but ou il excellait.De fait,il rendait bien des services au club,ce gentil garçon.L'équipe 1B termine encore onzième,elle a bien du mal à tenir en deuxième division.Quant au jeunes,les résultats d'ensemble sont très satisfaisants avec une première place pour les pupilles,dans lesquelss deux joueurs se distinguent,David Dubost et Sylvain Legourd,parmi les quinze sélectionnés sur quarante appelés pour la poursuite de l'opération Guérin.Au printemps,avec Jacques Lalonde en tete et C.Tihy,on organisa une manifestation interne de football non-stop toute une journée,ou tous les joueurs du club participèrent.Ce fut un succès fou ou tout le monde s'exprima dans la joie et l'allégresse,sous un soleil splendide,pour terminer autour d'une grande table dans une grande et chaude ambiance.Dommage qu'on ne renouvellera pas cette journée.Le tournoi annuel se termine par la troisième victoire consécutive de Broglie remonté en DH et qui remporte ainsi la Coupe de la Ville de Beaumont.Participant:Mont-Saint-Aignan,Saint-Charles et Beaumont.

 

 

Saison 1987 1988

Les "Vingt ans" de Marcel et Jacky Maison 

Oui,à soixante-trois ans Marcel Maison scellait cette année-là ses vingt-ans de présidence du CSB après cinquante année de foot,mais ce n'était pas encore fini.Et paradoxalement son fils Jacky stoppait sa carrière en janvier 88,suite a une sérieuse blessure au genou.Pour lui le foot c'est fini,le héros est fatigué,mais il exprime aussi un gout de lassitude sur laquelle repose surtout sa décision.Ne vient-il pas d'accomplir vingt saison de foot au CSB,vingt saison de n11,vingt saisons en équipe première,qui constituent probablement un record local.Un des piliers de l'équipe,formidable buteur,le onze Beaumontais perd gros avec ce départ,mais il est agé de trente-huit ans,il faut comprendre.Avec son père,il figure certainement comme l'un des meilleurs ailiers gauches qu'ait connu le CSB,avec Kléber Bazire et J.P.Borsky,des postes en voie de disparition de nos jours.Mais finalement possédé par le ballon (c'est de famille),il réapparaitra en équipe du matin constitué dès 88-89,pour près d'une dizaine d'année encore.Chapeau pour la classe ! Chapeau pour la longévité !

Dans l'un de ses derniers match en 1ère,il réalisa une partie époustouflante contre la Madeleine,équipe de DH que Beaumont éliminera en Coupe de Normandie (trois à un), ou il marqua encore son but.Ce fut l'exploit de l'année de la 1ère qui termina son championnt,remporté par Gasny,à la septième place avec sept matchs gagnés,sept nuls et huit perdus.Cette année-la,l'équipe fut composée de Baraguay,Bidan,,Cochet,Cattelin,Dick,Jamaux,Touzé,Tihy,Kosthowa,Lerendu,Levasseur,Maison,Metton,C.Monnier,Polet,Ramé,Sébire,Vannier,et de l'excellente recrue Brionnaise,Thierry Motte,fils du non moins excellent Edouard. 

Mais cette saison 87-88 aura été marquée par les très bons résultats des jeunes,particulièrement les cadets drivés par Jacques Lalonde,premiers de la première phase et deuxièmes en poule finale et qui accéderont de ce fait en première série avec,comme pricipaux joueurs,Beaucousin,le gardien sur qui fonde beaucoup d'espoirsBeautier,Delaporte,Haddar,Jumeaucourt,Maison (tiens!),Perrin,Prévost,Lalonde,etc.........

Les juniors d'A.Toigo,premiers en poule de consolation avec leur buteur Branchu,les frères Parey,Weber,un autre Haddar,Chéron,Leseiguillon,fils d'Alain,pour ne citer qu'eux.

Les minimes premiers en deuxième phase avec S.Legourd,D.Dubost goal,Jossé,etc.Les pupilles 1 quatrièmes,les pupilles 2 premiers en deuxième phase,avec Beaugrand,Boulay,les frères Cléret,Juin,Maison (tiens !),Baraguay,etc.Les poussins avec Diot,N.Legourd,Saint-Denis,etc...,et les débutants avec Leguennec,Maison(encore un fils de Jacky) et Baptiste Portois de la quatrième génération des Portois à jouer au club après Marcel,André et Gilles.Bon sang ne saurait mentir ! Il y a promesses avec tous ces jeunes ! La relève se prépare.

Le 12 mars 1988,enfin,on inaugure officiellement le très utile club-house en présence des autorités de la ville et du district de Normandie.A cette occasion le maire,Serge Desson,remettra la médaille de la ville à son promoteur et réalisateur du projet,Jacques Lalonde,à Marcel Ménard et à Eric Barbarat,les "deux castors" qui passèrent le plus de temps à sa réalisation.Cette inauguration sera une petite fete et une grande récompense pour tous ceux qui y ont participé.A l'assemblée générale,le président soulignera la saine trésorerie de la section malgré l'effort réalisé pour la construction du club-house,preuve de plus que le groupe de dirigeants a bien travaillé en organisant maintes manifestations réussies et juteuses.

Enfin,après dix-huit éditions,le grand tournoi annuel de la Pentecote a fait place au premier tournoi de sixte du CSB qui n'obtiendra pas le succès escompté au regard des lots mis en compétition.

Et l'on termine cette saison avec satisfaction et fierté d'apprendre la selection du gardien David Dubost en équipe de Normandie minimes pour la phase préliminaire de la Coupe Nationale du 12 au 17 juin 1988 à Poitiers.C'est le fruit de son sérieux,de son travail et celui de l'entraineur,Christian Tihy,et on est heureux pour eux.

 

 

Saison 1988 1989

Le CSB fete ses soixante ans

Depuis l'an dernier le président Maison y tenait beaucoup et ce fut fait les 13,14 et 15 mai 1989 à la Pentrcote.Il y eut beaucoup de matchs de football,bien sur,avec deux tournois à quatre équipes de juniors et de séniors,et une exhibition des débutants du CSB,suivis par de nombreux public et sous un chaud soleil printanier qui nous honora de sa présence.Mais le grand moment de la fete eut lieu le dimanche avec la réception au stade de tous les anciens footballeurs et dirigeants du club qui avaient répondu à notre invitation.Ils étaient à peu près quatre-vingts à se retrouver avec une joie indescriptible.Ce fut un grand moment.Pour l'occasion le club-house fut transformé en un véritable musée  par l'exposition des photos remontant aux années 1930,de documents et d'articles de presse relatant soixante années d'activité.Tout cela a été le résultat d'une minutieuse préparation,que J.P Blavette a réussi grace à ceux qui lui ont preté spontanément leurs archives venues compléter les siennes et celles de Marcel Maison.Oui,vraiment une journée inoubliable pour tous.Les joueurs de l'équipe 1ère y allèrent aussi de leur participation en remportant brillamment le tournoi seniors face à Broglie en finale,celle-ci précédée d'une parade du club de twirling de Beaumont.Vraiment,tout y était et la réussite fut totale;que tous ceux qui y ont participé,acteurs,organisateurs et donateurs en soient encore remerciés à ce jour.Cette saison se termina donc en apothéose,mais que fut-elle !Tout d'abord on déplora les démissions d'équipiers en 1ère,tels Cochet,Metton,Bidan,Lerendu,mais,aussi graves,celles des jeunes comme S.Legourd,D.Dubost,les frères Cléret notamment,partis s'affirmer,justement peut-etre,dans les clubs voisins jouant en divisions supérieurs.Alain Toigo,précieux formateur,s'en va aussi,emmenant avec lui Branchu,un junior sur qui l'on comptait beaucoup.Bien sur,ils ont tous des raisons compréhensibles,mais ça fait toujours mal de voir partir des joueurs formés ou très assidu au club.

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Dirigeants
  • 3 Entraîneurs
  • 1 Arbitre
  • 16 Joueurs
  • 15 Supporters

TOURNOIS FÉMININS !!!

tournoi féminins